Chauffage par induction Point Curie

Cours n°1/ 08 02 2016

Température du point de Curie des métaux

1/ Point de Curie
La notion de point de Curie dans le chauffage par induction des métaux est très importante dans les applications industrielles.
Je vais essayer d’expliquer clairement ce sujet afin qu’il puisse être compris facilement par la totalité des lecteurs.

2/ Définition très simple de la température du point de Curie.

Le point de Curie d’un métal est la température qui une fois atteinte, occasionne un changement « d’état » de ce métal et seulement lorsque ce métal atteint ou dépasse la température dite de son point Curie.

3/ Différence entre au-dessous et au-dessus de la température de Curie.

Prenons comme exemple le fer.
A 20° Celsius, le fer est ferromagnétique, soit en terme simple, cela signifie qu’il peut être attiré par un aimant ou sinon on dira familièrement qu’il s’aimante.
La température de Curie du fer est de 770° Celsius.
Une fois au-dessus de cette température du point de Curie, le fer dans notre cas perd sa qualité dite ferromagnétique pour devenir paramagnétique.
Au-delà de cette température de point de Curie, le fer n’est plus attiré par un aimant ou sinon on dira familièrement qu’il ne s’aimante plus ou presque plus, il est devenu paramagnétique.

4/ Différence entre un état ferromagnétique et un état paramagnétique.
a/ Etat ferromagnétique en dessous de la température du point de Curie soit pour le fer :

 T< 770°C

Curie 1
Cet état de ferromagnétisme signifie tout simplement qu’en dessous de la température du point de Curie, le courant induit fabriqué par un générateur à induction, ne pénètre que peu le métal. P1 représente la profondeur de pénétration du courant induit entre les deux flèches. On dit que ce métal a une épaisseur de peau très faible lorsqu’il est chauffé par induction.

b/ Etat paramagnétique au-dessus de la température du point de Curie soit pour le fer :

 T > 770°C

Curie 2
Au-dessus de la température du point de Curie, le courant induit fabriqué par un générateur à induction, pénètre beaucoup plus le métal. P2 représente la profondeur de pénétration du courant induit entre les deux flèches. On dit que ce métal a une épaisseur de pénétration beaucoup plus importante lorsqu’il est chauffé par induction.

5/ Conclusion

Lorsque l’on souhaite chauffer un métal par induction au-delà de la température du point de Curie, il faut beaucoup plus de puissance que lorsque le métal est chauffé en dessous de la température du point de Curie.
Ce premier cours sur ce sujet est volontairement vulgarisé afin que chaque lecteur puisse comprendre ce qu’est la température du point de Curie indépendamment de son niveau de physique.

Un prochain cours sera réalisé pour expliquer clairement avec des formules physiques simples qui seront bien explicites comment se comporte les courants induits en fonction des deux états expliqués ci-dessus.

A suivre…………..

You may also like...